12h de Magny Cours : Riri, Fifi et Loulou à l’assaut des maîtres de l’endurance

Après une nette diminution de notre activité en Endurance, c’est avec une formidable motivation que nous avons pu grâce à nos partenaires nous aligner à la première édition des 12h de Magny-Cours. Grande première pour une épreuve très bien organisée, bien couverte médiatiquement et idéale pour se préparer aux endurances longues de 24h… C’est d’ailleurs dans cette idée que nous avons décidé d’y aligner notre ZX10R Endurance N°171…

Beaucoup de boulot en amont pour préparer la monture, qui n’était jusque là prévue que pour les courses entièrement diurnes. Il a donc fallu y greffer phares et feux pour la nuit, ré-installer les raccords rapides Staubli, préparer et améliorer nos réservoirs et nos vannes zénith… Bref, beaucoup de boulot mais nous avons été vraiment bien aidés par Damien et Jean de l’atelier moto BiMéca qui nous ont prêté nombre de leurs pièces d’endurance. Un grand merci à eux !

Côté pneumatiques, nous avons pu compter ce coup-ci sur le soutien de Bridgestone grâce à notre ami Xavier Bourguigneau. La 171 sera donc chaussée des nouveaux V02 du manufacturier Japonais. A ajouter que sans le soutien de Bridgestone, nous n’aurions jamais pu réunir un budget suffisant pour nous aligner au départ de ces 12h… Alors merci Xavier, merci Bridgestone et merci 100% Kawa !

Côté pilotes, c’est une grande première puisque nos trois moussaillons d’eau douce rouleront ensemble pour la première fois ! Vous l’aurez compris : « Black Jack » Trincal, Sébastien « Dirty » Henry et Gabriel « PonPon » Pons se partageront le guidon !

Nos trois marins d'eau douce réunis pour le meilleur et pour le rire !

Riri, Fifi et Loulou réunis pour le meilleur et pour le rire !

Arrivés mercredi en milieu d’après-midi sur place, nous avons pu compter niveau logistique sur le camion de 100% Kawa pour transporter notre barda. Passée l’habituelle installation du box, nous apportons les derniers préparatifs à la moto pour les premiers essais du lendemain.

Jeudi, premiers essais. Peu de séances (deux par pilote) et très courtes (20 minutes), il va falloir être très efficace pour régler vite la moto et l’adapter aux Bridgestone. Les séances du matin servent de remise en jambes, et de découverte des pneus. Il faut également du temps aux pilotes pour retrouver leurs repères sur ce tracé si technique sur lequel ils n’ont pas roulé depuis un an.

L’après-midi, on commence à donner un peu plus de rythme ! Thomas « Pépigros » HBR commence à avoir du boulot sur la moto… Il nous a préparé pour cette course une toute nouvelle fourche avec des pistons de sa conception et il y a du boulot pour la régler. Côté amortisseur arrière, celui-ci se révèle rapidement trop souple pour faire travailler correctement le pneu à carcasse bien plus raide que les Pirelli auxquels nous sommes habitués. La moto « pompe » énormément à l’accélération et peine à motricer correctement. Nous avançons vite et nous arrivons à régler peu à peu nos problèmes grâce à l’excellent boulot de Pépigros sur les suspensions et les pressions de pneus. En fin de journée, nous avons bien progressé mais la moto est loin d’être parfaite, les séances étant bien trop courtes pour bien travailler. Y va falloir continuer à bosser le lendemain en qualifications ! Les pilotes (a part PonPon qui râle un peu de ne pas avoir pu régler entièrement les problèmes de pompage) sont satisfaits et les chronos sont de très bon augure ! Black Jack en 1’51, Dirty Henry en 1’49 et PonPon en 1’45…

Le soir, comme il est de coutume en endurance, c’est apéro avec les autres équipages ! Nous avons donc eu le plaisir d’inviter nos voisins, des Suisses franchement sympa, à notre box pour une bonne tranche de rigolade à la TTS ! Un des pilotes Suisse imite à merveille l’accent Vietnamien, Black Jack explique à Dirty Henry que « quand tu bloques la roue arrière, tu ralentis pas mais t’accélère » et Virginie « Pépithunes » et Gillou « Pépiled » nous font des gaufres ! Ambiance au top du top !

Le lendemain, ça rigole plus, c’est l’heure de la qualif ! Balles neuves pour la première séance du matin et c’est parti pour PonPon qui part le premier. Après quelques arrêts pour peaufiner les réglages de la moto, ça commence à rouler de plus en fort pour finir en 1’44’4, soit le chrono réalisé par PonPon en 2014 sur le Superbike ! Là on se dit que ça commence à le faire, notre package fonctionne de mieux en mieux. Au tour de Black Jack, qui roule régulier toute la séance en 1’51 et finit en 1’50’5. Vient ensuite Dirty Henry, bien préparé et très serein, il réalisera lui aussi une belle qualif en 1’49’4.

L’après-midi, la température à considérablement augmentée ! La chaleur est suffocante et la piste est brûlante… Sale temps pour les pneus, les moteurs et les Pépigros ! Nous repartons avec les pneus du matin car nous ne pensons pas pouvoir améliorer au vu des conditions de piste… Mais que nenni ! C’était sans compter sur la vélocité et la motivation de nos trois cannetons !

Pépigros essaye des choses sur les pressions de pneus qui semblent très bien marcher, PonPon trouve du grip et améliore en 1’44’1. Il claque le 3e meilleur temps de sa série face à de sérieux concurrents. Black Jack souffre de la chaleur et n’arrive pas à améliorer mais roule très régulier en 1’51 avec un meilleur temps en 1’51’0. Dirty Henry part lui de son côté sur-motivé et améliore sa référence de quasiment deux secondes ! BOUM, 1’47’8 synonyme du 4e meilleur chrono de sa série ! Il a la bave au bout de son indécrochable sourire, il se fait très plaisir sur la moto et c’est un vrai bonheur à voir !

Au général des qualification, nous avons l’agréable surprise de prendre la 4e position avec un chrono moyen en 1’47’7 ! Une sacrée satisfaction vu la qualité des équipages engagés dont plusieurs sont engagés sur l’intégralité du mondial d’endurance ( Bolliger, 3D Endurance, Viltaïs…) Le podium en course devient sacrément envisageable !!

Le brave Sébastien "Dirty" Henry en mode full attack aux qualifs !

Le brave Sébastien « Dirty » Henry en mode full attack aux qualifs !

Le soir, c’est la cerise sur la gâteau avec les essais de nuit ! Véritable dépucelage pour Black Jack qui n’a jamais roulé de nuit sur circuit, il est un peu nerveux mais s’en sortira comme un chef ! Meilleur chrono de nuit au bout de seulement 15 minutes de roulage en petit 1’51. Il a même l’honneur d’être panneauté par Monsieur Franck Vidal, l’homme derrière nos magnifiques combinaisons… Devant l’écran de chronométrage, notre brave Pépichef se frotte les yeux quelques secondes avant d’ajouter sur un ton dont lui seul à le secret : « mais sans déconner, il aurait pas pu se sortir un peu les doigts en qualif ?! Il est aussi vite de nuit que de jour en séance qualif ! » Dirty et PonPon se marrent mais ils sont contents des prestations de leur quarantenaire de coéquipier qui commence à se lâcher au guidon ! A son retour au box, Black Jack est sur-excité, il s’est régalé !

Suivent Dirty en gros 1’48 et PonPon en 1’45’7 qui eux aussi ont pris leur pied ! La moto est super agréable à piloter et les sensations sont excellentes, surtout de nuit, véritable fantasme du pilote d’endurance ! Si ça vous branche, embarquez avec Black Jack pour un tour de Magny-Cours de nuit en cliquant sur le lien suivant : Jack de nuit

Les premiers pas de Black Jack la nuit !

Les premiers pas de Black Jack la nuit !

Le soir, on fête ça ! Vie et Gillou nous régalent de leurs bons plats et les mécanos refont une beauté à la 171 en prévision de la première partie de course prévue le lendemain à 19h…

La journée du lendemain sera consacrée aux préparatifs pour la course. Nous effectuons quelques tours au warm-up pour valider la moto et les mécanos passent la reste de la journée à s’entraîner avec acharnement aux ravitaillements et changements de roues. Et une chose est sûre, même dans les stands nous sommes rapides. Cela promet pour la course !

En fin d’après-midi, l’heure H approche, la pression monte d’un cran. La 171 est prête et c’est PonPon qui prendra le départ, le bon Pépifuel lui tiendra la moto.

La fine équipe sur la grille de départ

La fine équipe sur la grille de départ

Bon départ de PonPon qui maintient sa 4e place sur les premiers tours, mais qui se fait d’entrée légèrement distancer par les pilotes de pointe. Il roule régulier en petit 1’44 et réussit même à taxer son pote Jimmy Maccio sur la Kawasaki 3D Endurance pour la 3e place à mi-relais… Autant dire que ça part sacrément fort ! Dirty Henry prends son relais et roule lui aussi très bien, régulier en 1’48 alors que la nuit commence doucement à tomber. Les ravitaillements sont très rapides, PonPon repart avec un pneu arrière neuf. Les écarts se creusent et nous sommes alors bien ancrés en 4e position, avec beaucoup d’avance sur l’arrière et à l’affût du podium… Au tour de Black Jack, très régulier lui aussi en gros 1’50. Au retour de son relais, premier problème : un collier de durite d’eau a cassé et entraîne une fuite ! On rentre la moto, remplaçons le collier faisons l’appoint d’eau et c’est reparti pour PonPon. Suite au problème de collier cassé, nous sommes retombés en 7e position mais PonPon fait le boulot, régulier en 1’45 de nuit et ramène la moto à la 4e place. Dirty Henry repart et maintient la 4e position, il est régulier de nuit en 1’48 ! Nous reprenons un peu d’air sur les 5e (qui ne sont d’autre que nos amis Suisses !). Vers 23h passées, c’est la stupeur : problèmes techniques pour Bolliger qui était alors en tête, nous prenons provisoirement la 3e place !

Dirty Henry, fluide et rapide, même de nuit !

Dirty Henry, fluide et rapide, même de nuit !

La fin du relais de Dirty Henry semble très compliquée, ses chronos augmentent de façon notoire tour après tour, nous sommes inquiets… Et pour cause, Dirty rentre sans frein avant, les plaquettes sont mortes, elles sont allé bien moins loin que prévu ! Dirty à tenu bon tant qu’il a pu et a réussi à finir son relais quasiment sans frein ! Nous changeons les etriers mais impossible de réamorcer le circuit, le niveau a trop baissé dans la maître cylindre et celui-ci à aspiré de l’air… Il est impensable d’essayer de re-purger et Pépichef décide donc de changer carrément le maître cylindre. Nous perdons 9 minutes dans l’opération et quand PonPon repart, nous comprenons que le podium vient de nous filer entre les doigts… La 171 est désormais en 10e place ! En piste, PonPon fait le forcing pour remonter et ramène la moto en 5e position au box pour le dernier relais qui sera effectué par Black Jack. Ce dernier doit continuer à attaquer car les 6emes ne sont vraiment pas loin… C’est mission accomplie pour lui qui franchit la ligne d’arrivée en 5e place !

La frustration d’avoir loupé le podium s’efface vite… Nous sommes à l’arrivée et qui plus est, dans le top-5 ! Alors on fête ça vite fait, mais sans trop traîner, il faudra être en forme demain pour la seconde partie de la course ! Le tracé Nivernais est très physique, les mains ampoulées et meurtries de PonPon après ses 4 relais en attestent !

PonPon, gaz à fond et debout sur les cale-pieds !

PonPon, gaz à fond et debout sur les cale-pieds !

Le lendemain, les mécanos sont à pied d’oeuvre très tôt, départ à 11h, s’agit que la monture soit prête… Le tout pendant que ces fainéants de pilotes font la grasse matinée !

PonPon reprend directement la main pour le départ, depuis la 5e position sur la grille. Départ canon et début de course de folie, la 171 est d’entrée à la 3e position ! Et ça roule fort, très fort ! Régulier en 1’43, avec un 1’43’4 au quatrième tour ! Quasiment 1 seconde plus vite qu’au Superbike en 2014 pour le pilote ! La partie de plaisir sera malheureusement de courte durée, au 10e tour l’arbre de transmission secondaire casse net au passage du 3e rapport. PonPon réussit tant bien que mal à ramener la belle verte gravement blessée au box, les mécanos s’affairent immédiatement et démontent en un temps record… Ils remplacent entièrement la boîte de vitesse par une d’occasion que nous avons dans les cartons et 45 minutes plus tard c’est remonté et Dirty Henry repart… Pour deux tours seulement, la boîte que nous avons monté n’a jamais été testée et la 3e vitesse saute. Pour limiter les dégâts mécaniques, nous décidons d’en rester là : c’est l’abandon, la mort dans l’âme…

Passée la forte déception, nous essayons de temporiser, nous nous sommes montrés sous notre meilleur jour en endurance malgré les aléas ! Rapides en piste et aux stands, constance, régularité et vélocité des pilotes, la mayonnaise à bien pris…  Notre package est excellent, et nous pouvons être fiers du boulot accompli ! Le rythme était là pour aller chercher le podium sur les deux manches, voire même la seconde place au cumul des deux manches suite aux abandons de Viltaïs et aux problèmes de Bolliger… Reste à trouver du budget pour investir dans du matériel neuf, afin de nous prémunir des problèmes rencontrés ici, en terre Nivernaise.

Merci à tous !

Merci à tous !

Alors keep rockin’ ! Croisons les doigts pour retrouver rapidement notre belle 171 en endurance ! Un grand merci à toute l’équipe pour leur fantastique boulot, à tous nos partenaires qui nous permettent de vivre jour après jour notre si belle passion et à tous nos supporters ! Un merci spécial également à Philippe Saccaro pour sa gentillesse et ses splendides photos !

TTS, a way of life !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *