24h du Mans : Première victoire pour le Team TTS-eXcent !

Après les diverses déconvenues de 2017, l’heure de la revanche a sonné pour le Team TTS-eXcent en ce début de saison 2018. Les 24h du Mans sont pour nous l’un des rendez-vous les plus importants de la saison, d’autant que les performances réalisées aux essais pré-Mans laissaient entrevoir un très bon potentiel de notre package pilotes – moto – équipe avec la 13e meilleure performance scratch à l’issue des deux journées.

Nous avons au cours de l’hiver abattu un travail de titan pour préparer de la meilleure façon possible notre structure et nos motos. Derrière les guidons, un quatuor de pilotes d’un excellent niveau aura la lourde responsabilité de prouver la pertinence et l’efficacité de la solution eXcent. Aux côtés de l’indéboulonnable Gabriel « PonPon » Pons, nous pouvons compter sur l’expérimenté Belge Olivier Depoorter, le solide Jimmy Maccio et le sympathique Adrien Anzelini au poste de pilote de réserve.   

Arrivée sur le circuit lundi tôt dans la matinée, toute l’équipe s’est attelée à monter la lourde et grande structure disposée à accueillir notre trentaine de bénévoles au cours de la semaine de course. Les mécaniciens ont profité de l’après-midi pour apporter les derniers préparatifs aux belles Kawasaki #17.

 

 

Après un bon repas préparé par les intendantes de choc du Team Virginie et Camille, l’équipe file se coucher avec une furieuse envie d’en découdre dès le lendemain lors des premières séances d’essais. Mardi matin il fait jour et le soleil est au beau fixe. L’objectif de la première matinée est de roder tous les jeux de plaquettes que nous utiliserons pendant la semaine et d’entamer le peaufinage des réglages de la moto. Objectif atteint en fin de matinée malgré quelques problèmes d’amorçage de certains jeux d’étriers qui ont entraîné des variations de la constance du système de freinage. Le problème sera rapidement réglé par Quentin Pépipinte, notre stagiaire de choc, qui nous sort de son chapeau magique un bel outil pour purger et amorcer les étriers avant leur montage sur la moto.

L’après-midi, consigne est donnée aux pilotes de commencer à attaquer pour trouver leur rythme et adapter les réglages de la moto à l’étouffante chaleur qui écrase le circuit Bugatti. Nous en profitons également pour essayer différentes références de pneus afin de trouver le meilleur compromis possible entre grip et longévité. Quand le drapeau à damiers s’abat en fin d’après-midi pour conclure cette journée d’essais, nous avons bien avancé le travail et les chronos réalisés sont très encourageants. Cela mérite bien une petite bière collective à l’hospitality !

 

 

Mercredi aucun roulage de prévu, mais une journée très chargée en perspective pour l’équipe. Au programme, vérifications administratives et techniques, présentation de la moto et du train avant à l’événement d’ouverture des 24h du Mans dans le centre-ville du Mans, briefings pilotes / Team-Managers et préparation des deux machines pour les premières qualifications du lendemain. Les nombreuses sollicitations et l’intérêt grandissant pour notre moto expérimentale exprimé par le public ce jour là nous ont fait énormément plaisir, et nous confortent encore un peu plus du bien-fondé de notre projet. Cet engouement grandissant est une source de motivation incroyable pour toute l’équipe !

 

 

Jeudi matin, les choses sérieuses commencent avec la première séance d’essais officiels. Nous allons maintenant vraiment pouvoir nous jauger par rapport à la concurrence, et toute l’équipe est impatiente de montrer de quel bois on se chauffe dans le Sud-Ouest ! Le premier run se passe bien pour chacun de nos quatre pilotes, et les bons chronos réalisés d’entrée de jeu nous placent dans le top-20. Malheureusement, PonPon se déconcentre et part à la faute au début de son second run en perdant l’avant au raccordement. La moto est ramenée rapidement aux box et les mécanos réparent en très peu de temps. La fin de séance se déroule sans autre accroc et nous pouvons poursuivre le travail sur les pneumatiques avec les techniciens de chez Pirelli.

 

 

En milieu d’après-midi, la pression monte d’un cran avec la première salve de séances qualificatives. C’est un moment très important pour nous qui voulons montrer le niveau de performance que peut atteindre notre ZX10R eXcentive. PonPon s’élance le premier et après un bon run, il signe le 15e temps scratch et la pôle position EXP de sa série en 1’38’967. Il est suivi quelques minutes après par un Olivier Depoorter déterminé à se rappeler au bon souvenir des pneus Pirelli. Malgré une petite erreur dans son tour rapide qui lui coûte quelques dixièmes, il prend lui aussi la 15e place de sa série et la pôle position EXP en 1’38’901. Vient ensuite la série des pilote rouges, pour un Jimmy Maccio chaud bouillant ! Malheureusement Jimmy chute dans son tour de lancement, piégé à l’entrée d’un virage rapide par un pneu arrière pas tout à fait à température optimale… Il réussit tant bien que mal à ramener la moto au box, mais cette dernière est bien chiffonnée. Nous n’avons pas le temps de réparer dans les temps et Jimmy ne peut pas ressortir se qualifier. La moto est finalement remontée alors que la séance des pilotes de réserve est en cours, Adrien arrive à sortir du box dans les temps pour effectuer un seul et unique tour avant le drapeau à damiers. Il se qualifie 20e de sa série et 1er EXP en 1’43’041, avec la consigne de faire très attention dans le cas où un composant abîmé dans la chute aurait échappé à la vigilance des mécaniciens.

 

 

Au final et à l’exclusion de la séance de Jimmy qui n’a pu boucler le moindre tour lancé, nous nous sommes propulsés à une incroyable 14e place provisoire sur la grille de départ avec un chrono moyen en 1’38’9 (le chrono du pilote de réserve n’étant pas inclus dans la moyenne). Nous sommes pointés à seulement 1’3 de l’équipage poleman au scratch !

 

Les qualifications terminées, la pression retombe et le mulet qui vient d’être remonté est entièrement vérifié par les mécaniciens puis préparé pour les essais de nuit prévus quelques heures plus tard. Lors de chute chute, Jimmy a glissé longtemps sur l’asphalte et s’est méchamment brûlé l’avant bras gauche. Le staff médical du circuit décide de l’envoyer à l’hôpital du Mans pour que la plaie soit nettoyée, suturée et bandée  comme il faut.

A son retour de l’hôpital, tout est prêt pour les essais de nuit. Nous effectuons une séance sage et nous concentrons sur la mise au point de la moto. Nous en profitons également pour faire quelques tours avec la moto prévue pour la course afin de s’assurer que tout fonctionne bien.

 

 

Après cette éreintante journée, toute l’équipe a bien mérité un bon repas et un gros dodo ! Le planning du lendemain est plus light,  au programme : les deuxièmes séances qualificatives, puis la visite des stands pour le public. En fin de matinée, toute l’équipe est à pied d’oeuvre et PonPon se prépare à partir pour sa séance. Olivier et PonPon ont pour consigne de ne surtout pas forcer, leur performance de la veille étant amplement satisfaisantes et la mécanique doit être préservée pour que Jimmy puisse assurer sa séance.

Confronté à un problème électronique, PonPon ne boucle qu’un seul tour, rentre au box pour réparer et ne reprend pas la piste. Olivier réussit ensuite une séance sans accroc et parvient même à améliorer légèrement son chrono de la veille en 1’38’845. Au moment où Jimmy prend la piste à son tour, les problèmes électroniques refont leur apparition. Il rentre au box réparer mais cette fois l’équipe ne trouve pas la solution. Nous lui coupons toutes les assistances électroniques et il reprend la piste avec précaution. Dépourvue de tout bridage, la moto est très violente et maîtriser les 200ch de la Kawasaki ZX10R tient plus de l’acrobatie que du pilotage. Dans la difficulté, Jimmy réussit tout de même à boucler un tour en 1’41’789 et signe la 43e position scratch et 2e EXP.

 

 

A son retour, les mécaniciens ne trouvent toujours pas la solution définitive à ce problème électronique qui est une conséquence de la lourde chute de la veille. Nous décidons donc d’envoyer Adrien en piste pour sa série avec la moto de course. Nous ne lui donnons qu’une seule consigne à respecter quoi qu’il advienne : chute interdite ! Légèrement nerveux au moment de prendre le guidon, Adrien applique les directives à la lettre et signe un chrono en 1’42’317 synonyme de 19e place dans sa série et 1er EXP.

Au cumul de toutes les séances de qualification, nous reculons sensiblement dans la hiérarchie et héritons de la 25e position finale sur la grille de départ avec un chrono moyen en 1’39’867. Rageant, puisque Jimmy avait clairement le potentiel pour rouler dans des chronos similaires à PonPon et Olivier. Mais qu’importe, nous sommes qualifiés pour la course et nous nous payons même le luxe de prendre la pôle position de la catégorie EXP.

Peu après, nous sommes conviés à la traditionnelle conférence de presse où sont interviewé les équipages polemen dans les 3 catégories. 

 

L’après-midi, la voie des stands ouvre au public et nous exposons fièrement notre belle moto de course et notre train avant eXcent. Le support et les encouragements que nous recevons au fil de l’événement nous font chaud au cœur et nous motivent à fond pour la course ! Pendant ce temps, un Philippe Chaumès très en verve met l’ambiance comme il se doit et aide Virgine et Camille à rameuter les spectateurs devant notre stand…   

 

 

Vendredi soir, une vicieuse boule commence à lentement à gagner les estomacs des membres de l’équipe… Demain c’est la course, le moment que nous avons tant préparé depuis quasiment 1 an !

Samedi matin, le warm-up se passe bien. La moto de course donne pleine satisfaction bien que nous soyons un peu en difficulté avec le grip du train arrière sous les fortes chaleurs Mancelles.

Samedi à 14h, tout le matériel et toute l’équipe est fin prête pour la bagarre. La procédure de départ est toujours un moment rempli d’émotions, avec en point d’orgue la Marseillaise scandée en chœur par les quelques 76 000 spectateurs massés sur le circuit Bugatti.

 

 

PonPon s’élance avec vigueur depuis la 25e position et entame sa remontée au classement. Passée la mi-relais nous sommes revenus en 19e position et conservons la 1er place de notre catégorie. Les fortes chaleurs sont toujours un problème pour le grip du train arrière et de ce fait nous ne sommes pas aussi rapides en piste que nous l’avions souhaité. Malgré tout notre package est constant et les chronos sont très réguliers. A l’issue du premier relais, nous sommes pointés en 16e position scratch et Olivier Depoorter prend la suite de PonPon. Passé le premier relais, le pneu arrière perd sensiblement en performance et la fin de relais du pilote Belge ressemble à un vrai purgatoire. En concertation avec Pirelli, nous décidons de passer à une référence plus dure pour la suite de la course et à partir du relais de Jimmy. Une fois ce dernier en piste, nous sommes rassurés : les chronos s’améliorent et la constance revient.

Côté stands, les ravitaillements se passent merveilleusement bien. L’équipe est calme, efficace et rapide ce qui nous permet de grappiller peu à peu du terrain sur nos adversaires. A la tombée de la nuit, la fraîcheur nous apporte un second souffle et les chronos s’améliorent sensiblement.

 

 

Peu avant 1h du matin, nous avons bien progressé au classement, et nous sommes stabilisés en 16e position. Mais alors que PonPon a repris la piste pour son 5e relais, un voyant diagnostic moteur s’allume et la moto perd de la puissance. Le pilote rentre immédiatement et l’équipe tente de diagnostiquer le problème. Visiblement un des injecteurs ne fonctionne plus, nous changeons la rampe d’injection en un temps record et la Kawasaki #17 repart. Malheureusement le problème persiste, la moto s’arrête à nouveau au box et l’équipe s’attaque à une vérification minutieuse du faisceau électrique. Quelques minutes plus tard, les mécaniciens découvrent qu’un fil d’alimentation d’un des injecteurs s’est cassé dans le faisceau. Une fois le fil réparé, nous repartons pour de bon mais nous avons perdu plus de 45 minutes dans l’incident. Nous voilà relégués en fond classement.

Mais nous ne lâchons pas le morceau ! Au levé du jour nous sommes remontés en 30e position et avons repris la tête du classement EXP. La chaîne Europsort nous fait même les honneurs de la télé, avec une interview dans la langue de Shakespeare de Sir Bastian Morvan alors que Jimmy Maccio est au guidon de la Kawasaki #17 :

 

La matinée se déroule ensuite sans embûches majeures, hormis la perte d’un repose pied pour PonPon et une casse de l’arceau de fixation de la selle. A quelques heures de l’arrivée, nous sommes stabilisés en 30e position et n’avons plus aucune chances de remonter encore. La consigne est alors donnée aux pilotes de calmer le jeu, de préserver la mécanique et d’assurer jusqu’à l’arrivée.

A 30 petites minutes du drapeau à damiers, nous recevons une nouvelle fois les honneurs de la télé avec la diffusion d’un sympathique sujet sur notre projet et une interview de PonPon en direct sur la chaîne L’équipe :

 

Dimanche à 15h, la Kawasaki ZX10R eXcentive franchit enfin le drapeau à damiers après une fin de course sous haute tension pour toute l’équipe. Finir la course était notre objectif principal, voici celui-ci rempli. Cerise sur la gâteau nous remportons la victoire dans notre catégorie EXP ! Soulagement et satisfaction gagnent l’équipe en quelques secondes, et les premières larmes commencent à rouler sur les joues de certains… L’émotion est palpable, c’est un sentiment inoubliable pour l’ensemble des membres présents.

Quelques minutes après, Pépichef accompagne les trois mousquetaires PonPon, Olivier et Jimmy sur un podium d’une saveur inégalée. Notre Team Manager, bien marqué par les dernières 36h passées sans dormir peine même à soulever le lourd trophée des vaiqueur EXP des 24h du Mans moto 2018 !

 

 

Quelques minutes plus tard, les larmes de joie ont laissé place aux sourires et aux éclats de rire et de joie. Nous nous sommes tous retrouvés devant la tireuse à bière et refaisons déjà la course. Une petite déception subsiste quant au résultat final : sans cette fichue panne électrique, nous avions le potentiel pour rentrer dans le top-15. Mais comme l’a si bien dit Bastian Morvan pendant son interview sur Europsort : « this is the law ! (of endurance) ». Nous choisissons de toute manière de profiter à fond de l’instant présent, nous sommes finishers pour la première fois des 24h motos et nous venons de signer la toute première victoire de notre jeune équipe d’endurance !

Reste maintenant à adresser un monumental merci à toutes les personnes qui ont porté ce projet avec nous de près ou de loin. Partenaires, supporters, amis, famille… Mille fois merci d’avoir cru en nous. 

Nous préparons d’ores et déjà le Bol d’Or 2018 où nous espérons revenir encore plus fort !

Merci à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures eXcentives !

Forza TTS-eXcent !

 

 

 

 

 

2 thoughts on “24h du Mans : Première victoire pour le Team TTS-eXcent !

  1. Nous étions nombreuses et nombreux à suivre à distance vos performances et cet exploit de « finishers » !
    Voir la Fourche, et la Moto qui la suit, tout au long de l’année sur les circuits du Sud Ouest offre des moments au cœur de l’action, avec les images « dans le poste » on a atteint des sommets de plaisir, sans doute comme vous comme au guidon, mais aussi pour toute l’équipe qui vous « offre » la Moto et l’intendance et à laquelle vous « offrez » ce résultat !
    Voilà une bien belle récompense pour tous vos efforts !

  2. Très beau compte-rendu de ces 24 Heures du Mans. Quand j’ai créé TTS, le Team Thomas Superpole, début 2003, je n’aurai pas imaginé que nous remporterions un jour, les 24 Heures du Mans et que notre PonPon serait sur tous ces podiums en FSBK. Bravo et merci à tous pour votre engagement, vos compétences et toutes vos qualités humaines. Je suis fier d’être à l’origine de ce beau projet, qui n’aurai pas aboutit sans votre implication et votre générosité. Merci à eXcent, Christophe, Bastian, à Philippe CHAUMES, le « che » ainsi qu’à tous les collaborateurs de cette belle et talentueuse entreprise. Je remercie également tous les bénévoles qui viennent sur les courses et sur les journées de roulage. Notre Team manager Sébastien Bigot, Anthony Naudin, Stéphane, Pierre, Virginie, Camille, Lisa et tous ceux à qui je pense mais dont je n’ai pas les noms en tête. Merci à tous. Philippe THOMAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.