FSBK Carole : Carton à moitié plein

Carole en région Parisienne, un éprouvant voyage pour la course la plus éloignée de notre belle Toulouse de tout le calendrier ! Mais c’est gonflé de son habituel entrain que l’équipe du TTS prend la route dès le mercredi. Le paddock étant relativement petit, l’organisation à donné des heures de rendez-vous à chaque Team pour l’implantation dans le paddock, notre pointage est prévu à 11h15 le jeudi matin. Et il s’agit d’être à l’heure pour avoir la place suffisante à déployer notre structure réduite pour l’occasion au strict minimum.

Jeudi soir, malgré quelques cafouillages tout est en place ! Les motos sont amoureusement bichonnées par Pépito et Pépipro et sont fin prêtes pour la grande bagarre !

Vendredi matin, première séances d’essais et Lucien ouvre le bal avec la FP1 European Bikes. Ce dernier tire une drôle de tête, il est pâle comme la mort. Salement malade depuis deux semaines, le pauvre Pépichuck est proie de vomissements récurrents et d’une profonde fatigue chronique. Les médecins qu’il a consulté plusieurs fois n’arrivent même pas à savoir quel mal est en lui ! Nous espérons tous qu’il arrivera à rouler et se faire plaisir, mais son état de santé est vraiment préoccupant. Puisant dans ses maigres ressources le brave Lulu retrouve vite ses marques sur le tracé Francilien et prend le 12e temps final de la séance en 1’06’6.

Première séance Superbike peu de temps après, nous faisons un rapide briefing avec Pirelli afin de déterminer les pneus à utiliser au cours du week-end. Nous partons donc dès la première séance avec un SC1 neuf devant, et un 0375 neuf derrière afin de valider leur fonctionnement sur le glissant tourniquet Parisien. Pépigros tente un réglage d’assiette inédit et c’est parti ! A notre grande surprise, PonPon est d’emblée très à l’aise et les réglages opérés par Pépigros semblent efficaces. Nous terminons la séance au 10e rang (4e Challenger) en 1’01’9 ! Soit aussi vite qu’en qualification en 2015 avec un pneu qualif’ ! Superbe entame de week-end, sur un tracé qui ne nous a habituellement jamais réussi.

Deuxième séance libre European-Bikes, Lucien continue sa progression tout en économisant au maximum son capital physique en vue des courses. Il prend la 14e place en 1’06’2, après avoir studieusement appliqué les conseils de notre guest-coach Jean-Claude Jaubert venu nous prêter main forte.

En Superbike, PonPon fait également de la lèche à l’ami Jean-Claude. Les conseils du vieux briscard portent leurs fruits puisque nous poursuivons notre progression ! Les pneus fonctionnent à merveille, et nous en profitons pour apporter quelques légères modifications aux suspensions et à l’électronique à une base qui fonctionne déjà très bien. Nous terminons la séance à nouveau au 10e rang (4e Challenger) en 1’01’4, de quoi aller boire la traditionnelle bière de fin de journée avec le sourire ! Nous sommes confiants pour la suite du week-end, nous avons bouclé plus d’une quinzaine de tours réguliers entre 1’01’5 et 1’01’8.

 

Samedi matin premières séances de qualifications, nous entrons dans le vif du sujet ! Lucien passe à l’attaque mais subit rapidement les effets de son état au bout de quelques tours. Il boucle la séance avec le 14e temps, en 1’05’9 et descend de la moto complètement épuisé. La course de 24 tours qui l’attend plus tard dans l’après-midi s’annonce comme un véritable défi !

En Superbike, nous sommes un peu inquiets. Le timide et blafard soleil n’a que très peu réchauffé la piste après une nuit fraîche et humide, la température de piste risque d’être très juste pour le 0375. Nous décidons quand même de maintenir ce choix, pour ne pas risquer une référence inconnue. Et malheureusement le 0375 ne passera pas, nous terminons la séance avec le 12e temps (5e Challenger) en 1’01’6 faute de motricité suffisante pour améliorer. Nous sommes un peu déçus au vu de notre potentiel, mais nous nous vengerons en deuxième séance !

Samedi après-midi, première manche European-Bikes ! Lucien à essayé de se reposer un maximum après sa qualif’ mais son teint de fantôme et son regard vide ne semblent pas garantir le résultat… Auteur d’un départ et d’un début de course timide, Lucien prend petit à petit son rythme et entame une belle remontée à partir de la mi-course. Nous sommes subjugués, le bien surnommé Pépichuck ne lâche rien et se retrouve à la bagarre avec Roques et Caspar en fin de course pour le gain de la 10e place. Un bataille dont il sortira vainqueur au prix de superbes freinages dans le dernier virage. Une nouvelle fois dans le top-10, respect Lulu ! Il descend de la moto complètement vidé, mais heureux. Il s’est encore une fois bien amusé !

Pas le temps de souffler que c’est déjà l’heure de la seconde séance Superbike ! Pirelli nous a mis à disposition un tout nouveau pneu de qualification, le 0248 qui devrait normalement bien fonctionner. Après avoir poursuivi le travail sur la moto et la prise de rythme avec les pneus du matin, nous claquons la balle qualif’ en fin de séance. Tous les intermédiaires s’allument de suite en vert, et nous remontons dans la hiérarchie avec un chrono en 1’01’0. Malheureusement, PonPon se fait gêner dans son tour rapide par son pote Steven Neumann et perd près de 3 dixièmes dans le dernier partiel, dommage ! Nous sommes déjà très satisfaits de la performance et signons le 11e temps (4e Challenger)… à 3 dixièmes de la 6e place, petit regret.

Samedi soir, l’équipe de Pirelli se joint à nous pour la traditionnelle petite bière de fin de journée. Un moment de détente bien sympa qui nous a permis de pas mal échanger avec les techniciens sur les différentes problématiques pneumatiques.

Dimanche matin, Lulu traîne la patte au moment d’aller en qualifications. Malgré sa très longue nuit de sommeil il n’arrive pas à récupérer, il adopte donc de nouveau une stratégie conservative en vue de la course et signe le 12e temps en 1’05’4. 

Peu après, premier big-one avec la course 1 Superbike. Nous sommes confiants et visons le podium Challenger au bout des 25 tours de course. Départ canon, PonPon boucle le premier tour en 9e position (4e Challenger) aux prises avec Robin Camus dont il se débarrassera le tour d’après. Rapide et constant, nous prenons un excellent rythme régulier en 1’01’5. A mi-course, nous poursuivons notre remontée et signons notre meilleur tour en course au 12e passage en 1’01’3. Passé les deux tiers de course nous avons ramarré la BMW-Tecmas de Maxime Bonnot, que PonPon dépassera sans coup férir quelques hectomètres plus loin. Nous sommes confortablement installés en 8e position et 2e Challenger, et PonPon remonte comme une flèche sur le leader Morgan Berchet dont le rythme baisse tour après tour. Au baisser du drapeau PonPon passe avec seulement quelques longueurs de retard sur Berchet, à la 9e position scratch et 2e Challenger. Quelques minutes après, nous voilà sur notre 8e podium de la saison ! 

Véronique et Fernand, qui nous ont rejoint avant le course, nous apportent le fameux « repas de podium ». On ne s’en lasse pas de celui-là ! Nous nous détendons quelques instants, et repartons rapidement au charbon pour la seconde manche European-Bikes.

Toujours blême, Lulu aligne timidement sa MV Agusta sur la ligne de départ. A nouveau peu incisif dans le départ et les premiers tours, Pépichuck économise son énergie pour la seconde partie de course. Il passe à l’attaque peu avant la mi-course et dépasse coup sur coup Dechappe, Caspar et Solari. A l’entame du dernier tiers de course, le voilà solidement installé en dixième position. Constant et régulier Lulu ne faiblit pas, il profite ainsi d’une chute dans le paquet de tête dans les dernières boucles pour s’adjuger une splendide 9e place à l’arrivée. Nous pouvons tous lui tirer notre chapeau, il a puisé dans ses dernières réserves pour arriver au bout de cette deuxième manche. Repos amplement mérité pour le sympathique pilote Agennais ! Cette belle régularité lui permet ainsi de pointer 9e du classement provisoire parmi les 40 pilotes engagés en European-Bikes, bravo Lulu !

Quelques minutes après, nous sommes à nouveau sur le pied de guerre pour la seconde manche Superbike ! La piste s’est encore réchauffée ce qui devrait nous permettre d’exploiter encore plus efficacement le 0375. PonPon est chaud, il espère faire un début de course suffisamment rapide pour pouvoir aller chercher Morgan Berchet en fin de course. Départ canon, nous sortons du premier virage à la 9e position, juste derrière Baptiste Guittet. Malheureusement, PonPon confond vitesse et précipitation et voulant doubler Guittet rapidement et met la cabane sur le chien. Il manque totalement son dépassement à l’entrée de la parabolique, percute le pilote de la Suzuki N°72 et chute. La course est finie pour nous alors même que nous n’avons pas bouclé le premier tour.

Pas de bobos pour le pilote heureusement, mais la moto est bien chiffonnée. Elle est lourdement tombée à gauche sur son patin de protection qui a plié et cassé le cadre. Un temps déçus la bonne humeur revient très rapidement au sein de l’équipe, malgré cette erreur (la première de la saison) nous avons mené un week-end remarquable sur un tracé qui ne nous avait jamais souri.

A l’heure des comptes, cette chute celle notre destin au Championnat puisque avec plus de cinquante points d’avance Morgan Berchet devient Champion de France Challenger 2017. Et nous ne pouvons que l’en féliciter vu la magnifique qu’il a mené ! De notre côté, nous maintenons la seconde position provisoire au Championnat, 32 points devant Baptiste Guittet.

Mais pas le temps de souffler, nous allons travailler dur pour remonter une moto parfaite en vue de la finale du Championnat à Albi ! Le Championnat n’est pas fini et nous allons tout donner pour aller chercher la place de Vice-Champion en terres Albigeoises les 23 et 24 septembre prochains. 

Petit bonus : un sympathique reportage réalisé sur l’équipe à Carole par Motorsports.tv. Enjoy !

Merci à tous et à très vite !

Forza TTS !

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *