FSBK Le Mans : L’ascenseur émotionnel !

C’est avec une certaine fébrilité que nous avons pris la route pour Le Mans et le circuit Bugatti en ce pluvieux jeudi 29 mars. Malgré tous nos efforts, nous n’avons pu faire qu’une seule journée de roulage d’entraînement à Nogaro avec la machine de Superbike avant cette manche d’ouverture de Championnat. Bien que celle-ci ne se soit pas trop mal déroulée, nous manquons clairement de rythme et de mise au point sur la moto d’autant que nous avons apporté plusieurs évolutions au matériel depuis l’an dernier. A ajouter au tableau, une concurrence qui s’annonce toujours plus affûtée et des pilotes wild-card issus de divers Championnat du Monde et d’Europe. Dans ces conditions, il est pour le moins difficile pour nous de revêtir avec assurance le costume de favori dont nous avons hérité cette année après notre titre de Vice-Champions 2017.

Mais qu’importe, comme d’habitude l’ambiance dans le Team est au beau fixe et nous sommes déterminés à tout mettre en oeuvre pour défendre nos chances et prendre un maximum de plaisir au cours du week-end. Nous bénéficions grâce à Tournay Distribution de nouvelles évolutions électroniques qui ont donné grande satisfaction au banc d’essais, et le bon Pépigros HBR a travaillé d’arrache pied sur notre fourche apportant de nombreuses améliorations. Reste maintenant à tester tout ça en piste et à dégrossir les réglages !

Vendredi matin, la pluie n’a pas cessé et les Superbikes prennent la piste sous une énième averse. Habituellement très à l’aise dans ces conditions, PonPon essaie de partir de suite sur un rythme rapide dans l’idée d’entamer la progression le plus vite possible. Et confondant vitesse et précipitation, il se retrouve à plat ventre dès son deuxième tour lancé… Le temps de rapatrier moto et pilote au box et de réparer les légers dégâts, la séance est déjà terminée. Nous voilà désormais encore plus en retard, d’autant que devant ça va déjà vite !

Vendredi après-midi, la pluie s’est arrêtée et la piste à séché bien que quelques traces humides subsistent. Nous avons fait un petit briefing en amont de la seconde séance au cours duquel PonPon est passé à la table à secousses. Plus question de prendre des risques en piste : nous n’avons que peu de pièces de rechange et il ne faut surtout pas se blesser à seulement 15 jours des 24h du Mans. Première séance sur le sec, il s’agit néanmoins d’être efficaces pour faire avancer au maximum la mise au point de la moto. En début de séance, on se rend vite compte à quel point nous manquons de roulage puisque notre pilote peine beaucoup à trouver un rythme rapide. Nous décidons alors d’accumuler le plus de tours et donc de roulage possible. Au baisser du drapeau à damiers, nous prenons une décevante 19e place sractch et 5e Challenger en 1’42’9…

Samedi, jour de qualif’ ! Nous sommes plutôt inquiets quant à notre potentiel au vu des performances décevantes la veille. Néanmoins nous poursuivons le travail dans le calme, nous devons accumuler les tours de piste pour reprendre du rythme. Malheureusement, la pluie est de retour et la première séance se déroulera sur une piste humide. PonPon reprend ses marques petit à petit et réussit un chrono pas trop mal en fin de séance en 1’52’1 qui nous permet de nous placer à la 16e position scratch et 3e Challenger. Bien que cette place est loin de là nous souhaiterions pointer, cela reste satisfaisant au vu des conditions.

L’après midi, la piste à séché. Et bien que la température de la piste soit encore assez basse, nous décidons de partir avec deux SC1 à l’avant et à l’arrière pour la qualification. La consigne reste la même : faire des ronds avec régularité sans prendre de risques inconsidérés. Nous nous élançons directement à l’apparition du feu vert pour assurer de longs runs. Les chronos s’améliorent tour après tour, mais lorsque le rythme s’accélère réellement en fin de séance, le pneu arrière arrive en fin de vie et PonPon ne peut faire mieux qu’un 1’40’3. Nous échouons à une lointaine et décevante 19e place scratch et 4e Challenger. 

A l’issue des séances qualificatives nous nous réunissons pour un long briefing car maintenant le rythme revenu, PonPon est en difficulté avec le set-up de la moto. Manque de stabilité au freinage, difficultés à tourner en phase neutre et écarts à l’accélération l’empêchent de piloter comme il l’aimerait. Nous décidons alors d’opérer un grand nombre de changements sur la moto : Changement des ressorts de fourche par des plus souples, changement du ressort d’amortisseur arrière par un plus dur, bascule de l’assiette de la moto sur l’avant, modification des réglages hydrauliques des suspensions avant et arrière, ajustements électroniques… C’est un gros risque que nous prenons en effectuant d’aussi grands changements juste avant la course, mais nous devons impérativement faire avancer la mise au point.

Après tout cela, nous allons tous boire une bière bien méritée à l’hospitality.

Dimanche, jour de course ! Toute l’équipe est vraiment fébrile, si les réglages opérés ne fonctionnent pas les courses vont être vraiment difficiles. C’est donc avec une certaine inquiétude que nous prenons place sur la ligne de départ. Tony donne les consignes à PonPon avant le départ : si les réglages sont vraiment « à l’envers », retour au box et on se sert des 17 tours de course comme séance d’essais pour préparer la manche de l’après midi.

A l’extinction des feux rouges, la Kawasaki #17 bondit de sa 16e place sur la grille pour se propulser à la 10e position dans le premier virage ! A l’issue du premier tour nous sommes dans le bon groupe, talonnés par les deux Suzuki LMS d’Hugo Clere et Louis Rossi. Le rythme est très élevé dès le début de course, nous bouclons le premier tour lancé en 1’39’6 soit quasiment 1 seconde plus vite qu’en qualifications ! Le nouveau set-up de la moto semble plutôt convainquant !

Un peu plus tard, PonPon subit les assauts des pilotes LMS qui se trouvent plus rapides que lui et doit céder sa place au 4e tour. Nous sommes alors stabilisés en 11e position scratch et 2e Challenger, mais nous maintenons le rythme. Très à l’aise en fin de course, la Kawasaki #17 continue d’accélérer et roule régulièrement en gros 1’38. Au prix d’un ultime effort, PonPon réussit à subtiliser la 9e place scratch à Louis Rossi dans le dernier tour ! Nous enlevons ainsi notre premier podium de l’année avec une 2e place Challenger et un top-10 scratch inespéré !

C’est un grand soulagement pour toute l’équipe, le résultat final de cette première dépasse toutes nos espérances. Les réflexions autour des réglages de la moto ont été brillamment menées et nous avons réussi à mettre le doigt sur un set-up satisfaisant avec très peu d’essais. Un vrai tour de force de la part de l’équipe technique ! Ce sont ainsi les sourires et une joyeuse ambiance qui accompagnent notre repas du midi, mais pas le temps de souffler il faut remettre ça cet après midi.

Avant la course 2, nous procédons encore à quelques petits ajustements sur les réglages dans le but de poursuivre les tests et de récolter un maximum d’informations. Nous décidons également d’opter pour une référence de pneu arrière plus soft que celle du matin dans l’espoir de réussir à être plus rapides en début de course.

Malheureusement, suite à une surchauffe de l’embrayage nous manquons totalement le départ de la course 2. Parti 19e, PonPon boucle le premier tour en 23e position. Néanmoins le rythme semble bon et nous entamons rapidement une belle remontée dans le dense peloton. A l’issue du 5e tour, nous sommes revenus 16e scratch et 3e Challenger et le rythme imprimé devrait nous permettre d’aller chercher la 14e place scratch et 2e Challenger si tout se passe bien. Hélas, à l’entame du 8e tour, Matthieu Charpin chute lourdement sous les roues de la Kawasaki #17 et nous perdons une grosse poignée de secondes dans l’incident.

Malgré tout ses efforts et un rythme plus élevé, PonPon n’arrivera pas à ramarrer ses adversaires avant la fin de course et nous franchissons la ligne en 16e position scratch et 3e Challenger. Ce nouveau podium est une grande satisfaction même si nous espérions une meilleure place au scratch. Les aléas en ont ici décidé autrement même si nous savons pertinemment qu’avec des qualifications aussi ratées, les courses ne peuvent qu’être délicates à mener.

 

En tous les cas, nous nous estimons heureux ! Nous avons réussi à sauver les meubles au cours d’un week-end qui s’annonçait difficile. L’équipe a su se surpasser et nous avons au moins la satisfaction des deux podiums escaladés et des gros points engrangés dans l’optique du Championnat. En effet, le bilan comptable n’est pas si mauvais que cela puisque nous repartons du Mans avec la 2e position du classement Challenger provisoire, à 16 points du leader.

Nous tenons à adresser un immense bravo à l’équipe qui n’a jamais baissé les bras, malgré la délicatesse de la situation. Un grand merci également à tous nos partenaires et à vous tous qui suivez nos aventures avec passion années après années.

Rendez-vous désormais à Nogaro où nous aurons à cœur de prouver notre valeur sur nos terres !

Merci à tous et Forza TTS ! 

5 thoughts on “FSBK Le Mans : L’ascenseur émotionnel !

  1. Beaucoup de travail pour vite progresser en début de saison mais aussi pour stocker la nouvelle expérience qui va servir chaque fois que nécessaire, donc « Tout le temps », c’est tout bénéfice pour la suite !
    Voilà une équipe qui montre à nouveau ses multiples qualités dont la principale, la persévérance !
    Et « Tout le temps », c’est très bientôt Nogaro …
    À « Tout le temps » Dimanche !

  2. Bravo à tte l’equipe. Ponpon assure le rythme sans tomber, ce qui entraîne une belle expérience et du resultat. Les 24 heures donnent un bel élan. J’étais sur que ça allait être une belle course si la mécanique tenait. Et ça a tenu malgré quelques bricoles. Bravo à tous. On se voit à Nogaro où Ponpon n’aura pas trop le temps de se reposer.

  3. Belles courses, malgré ces essais difficiles. 2 podiums, l’année commence plutôt bien. Après la belle Victoire aux 24 Heures du Mans en Open, il n’y a plus qu’à réaliser une jolie course à Nogaro…Allez Gaby, le feu est en toi…

  4. Bravo !! C’est des courses comme ça qui forge une équipe pour être plus fort ensuite. Je suis fier de vous accompagner avec ma modeste contribution …
    En espérant que nous pourrons faire beaucoup plus prochainement.

    Je vous embrasse à tous

    David
    POINT CAFÉ

  5. bravo à PON PON et à toute l’équipe TTS pour ces très bon résultats je serai dans les stands pour la course de Nogaro
    le papy commissaire de stands

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *