FSBK Le Vigeant : Les malheurs de la 17

Après l’apothéose de Nogaro, toute l’équipe à gardé sa concentration et à redoublé d’efforts pour le Vigeant : circuit sur lequel nous n’avons que très peu roulé et par ailleurs très technique et difficile à appréhender. Sur ce tracé sinueux, peu abrasif et bosselé nous savons que nous allons devoir redoubler d’efforts pour régler vite la moto et progresser le plus rapidement possible.

Vendredi matin, pilote et moto sont prêts pour les premiers essais… Le temps de se remettre dans le rythme et de redécouvrir le tracé, la séance passe très vite. PonPon signe le 24e temps en 1’44’6, place peu représentative vu que la majorité de nos adversaires sont venus s’entraîner sur cette piste quelques jours plus tôt. Cependant, nous sommes très inquiets, la moto chauffe anormalement et l’eau du vase d’expansion arrive à ébullition après chaque run…

Rentré au box, débriefing et démontage. Un modifie la cartographie moteur pour limiter la chauffe et nous utiliserons une essence additivée pour la séance suivante, sensée permettre au moteur de gagner en rendement et donc de chauffer moins. Thomas « Pépigros » HBR est de son côté au boulot pour donner de la motricité à la 17…

Seconde séance, nos craintes sont fondées, la moto surchauffe encore plus ! Température d’eau avoisinant les 110° en roulant, le problème est donc bien plus grave. Nous faisons partir PonPon pour un run court, les réglages trouvés par Thomas semblent pas trop mal fonctionner puisqu’on arrive à arracher un 1’42’9 fort encouragent… Au retour de ce run de trois tours, la moto est bouillante : le vase d’expansion a débordé et rempli le récupérateur qui déborde à son tour ! Le radiateur s’est à moitié vidé ! On décide de s’arrêter là pour cette séance, seulement 7 tours bouclés, soldés par un 1’42’9 synonyme de 18e place.

Rentrés au box, on débriefe et après avoir analysé les paramètres du problème, il est clair que nous avons cassé le joint de culasse. Sans perdre de temps, les mécanos s’attaquent à la moto : il y a énormément de boulot ! On décide donc de passer le moteur de la 171 d’endurance (toujours présente sur les courses pour palier à ce genre de problèmes) sur la 17 de Superbike afin d’être sûr d’avoir réglé le problème pour le lendemain. Tard dans la nuit c’est chose faite ! La 17 est de nouveau sur pieds pour le lendemain ! Au passage un grand bravo à Stéphane « Pépipro », Fred « Pépiprof » et Seb « Pépichef » pour leur super boulot sur la moto !

Le lendemain, c’est samedi et il fait jour ! C’est vite l’heure de la qualif, tout est prêt et Anthony « Pépito » décide de faire partir la 17 avec un slick 808 à l’arrière vu la température encore fraîche de la fin de matinée… Et bien lui en a pris ! Tout semble bien se passer, la moto fonctionne parfaitement et malgré quelques petits problèmes de réglages dus au peu d’essais effectués la veille nous réussissons à arracher un très satisfaisant 1’41’7 ! 11e place sur la grille, 6e stock : objectif rempli avec brio malgré nos problèmes du vendredi.

885684_665959376880730_560774702696409132_o

Les chronos sont très serrés, mais comme à notre habitude nous avons réalisé une simulation de course qui s’est avérée très positive avec des chronos très rapides et réguliers !

L’après-midi, nous essayons de faire passer lors de la seconde qualif le slick arrière 611, cousin du SC0 sensé être adapté aux températures élevées. Malheureusement, n’ayant pas eu suffisamment de temps pour tester cette référence, cette séance qualificative s’avérera décevante. PonPon force comme un fou pour aller chercher un malheureux 1’42’0 bien insuffisant pour être bien placé sur la grille. Punition : le 18e chrono scratch et le 11e stock.

Nos performances générales sont quand même très bonnes, nous avons énormément progressé par rapport à 2014 et nos simulations de courses sont très bonnes, preuve que l’on va dans la bonne direction. Comme le dirait le brave Pépito : « on garde notre ligne de conduite : constance et Nutella ». Reste à se concentrer pour les courses du lendemain et ça devrait le faire ! Le potentiel est là, surtout en course 1, où nous partons bien placés sur la grille.

La fine Pépi-équipe sur la grille

La fine Pépi-équipe sur la grille

Course 1 : Pépito maintient son choix du 808 pour la monte de pneu arrière, le ciel est un peu voilé et la température de piste n’est pas excessivement élevée… Au départ, ça part très fort pour PonPon, qui boucle le premier tour en 8e position ! Il est repassé par Pouhair dès le tour suivant mais il est en bagarre avec le sympathique Monégasque Jimmy Maccio pour le podium stock… Malheureusement la lourde chute d’Emilien Jaillet vient stopper la course au drapeau rouge. Après d’angoissantes minutes d’attente, le pilote de la BMW N°89 est évacué en hélicoptère et même si il est sérieusement blessé, rien de très grave n’est à déplorer. La course repart pour la belle 17 depuis la 9e position, PonPon s’infiltre au premier virage et se place encore une fois 8e et alors qu’il temporisait calé derrière le groupe de chasse, il est percuté par Jonchière au freinage du buisson et ne peut éviter la chute… C’est l’abandon et la première fois qu’il sera privé de Nutella depuis le début de la saison ! Fort heureusement, pilote et machine n’ont absolument rien. On nettoie tout, Gilles « Pépiled » nous prépare ses délicieux repas dont il le secret et nous voilà prêts pour la seconde manche de l’après-midi !

Après une longue hésitation, Pépito et PonPon optent pour le 611 pour la course de l’après-midi. La température de piste à nettement augmenté et ils craignent que le 808 ait beaucoup trop chaud pour être performant… Départ prudent depuis la 18e place et notre belle Kawa boucle son 1er tour au 16e rang. La machine met du temps à se mettre en marche, le traffic est dense et PonPon est très gêné en piste et peine à doubler. A partir du 3e tour, il prend son rythme régulier en gros 1’41 et remonte progressivement. Il arrive jusqu’à la 13e place juste derrière Pagani et Cudeville qu’il se prépare à attaquer. Malheureusement, à la fin du 7e tour, le sélecteur de vitesse casse net au passage de la quatrième. La mort dans l’âme, c’est un nouvel abandon !

Au retour de ce week-end, la déception est là mais elle est à relativiser : nous progressons encore et toujours ! Même si le bilan comptable est désastreux avec zéro points marqués, le bilan global est bon, surtout vu que nos abandons ne sont pas à mettre sur notre compte… Reste juste une solution à trouver pour ces sacrés sélecteurs d’origine qui nous avaient déjà fait faux-bond au Mans !

Au niveau des situations au championnat, nous reculons bien évidemment mais pas énormément : nous sommes maintenant 10e scratch et 5e stock, donc toujours dans nos objectifs fixés en débutant de saison ce qui reste fort encourageant pour la suite ! Reste encore beaucoup de boulot à notre équipe de choc pour remettre notre belle 17 sur pieds avant Ledenon les 12, 13 et 14 juin prochains !

Un immense merci à tous nos partenaires et à toutes les personnes qui nous suivent, et revanche à Ledenon !

 

11334296_665960466880621_4319884335069410853_o

Merci au grand Philippe Saccaro pour ses sublimes photos et tous nos voeux de prompt rétablissement à notre ami Emilien Jaillet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.