FSBK Magny-Cours : Double podium à l’arrachée !

Forts des riches enseignements acquis en première partie de saison, c’est gonflée d’une farouche envie de bien faire que toute l’équipe du TTS a pris la route en ce caniculaire début de mois de juillet direction la Nièvre et le circuit de Magny-Cours pour le cinquième épisode du FSBK 2017.

Un circuit rapide et exigeant où il est difficile de trouver les bons réglages et d’aller vite ! Très handicapés par des soucis de freins et de maniabilité en 2016, nous espérons réaliser un week-end consistant en Superbike sur ce tracé apprécié par PonPon. L’objectif est de poursuivre la mise au point de la moto et bien évidemment d’être à l’arrivée des deux manches avec le plus de points dans l’escarcelle. Pour Lucien Monneret notre pilote European-Bikes, l’ambiance est tout autre : ses deux seules visites en terres Nivernaises se sont soldées à chaque fois par une visite des Urgences de Nevers. Son unique objectif pour le week-end est de ne pas réitérer ces désagréables expériences ! De plus, il risque d’être nettement handicapé par le manque de puissance de sa MV 800 F3 dans les nombreuses relances.

Vendredi matin, premiers essais : Lucien entame sa (re)découverte du circuit avec prudence. Il met à profit la séance pour accumuler les tours et améliore progressivement. Pour finir il prend la 13e place de la séance en 1’51’5, pas mal !

Pour la séance Superbike, nous décidons de faire monter un SC1 neuf à l’avant afin de l’essayer et si possible de le valider pour la course. En espérant bien sûr que nous réussirons à rectifier les problèmes d’usure prématurée de pneu avant rencontrés à Pau ! Pour palier à cela, nous avons remonté le train avant, et basculé l’assiette de la moto sur l’arrière dans le but de moins contraindre le pneu.

Rapidement dans un rythme convenable, PonPon peinera à améliorer en fin de séance la faute au pneu arrière en fin de vie. Nous terminerons donc cette séance à une lointaine 20e place Scratch et 7e Challenger en 1’43’8 face à une rude concurrence de pilotes issus du Championnat d’Europe Superstock 1000 et engagés en Wild-Card. Malgré tout nous sommes satisfaits, les réglages opérés ont permis une nette amélioration du comportement du train avant et le pneu revient comme neuf après 18 tours couverts. Revers de la médaille, la moto accuse désormais un gros manque de vivacité. Autre point positif, nos problèmes de frein se sont envolés, grâce aux plaquettes AP Racing « TRR » fournies par notre partenaire France Equipement !

Vendredi après-midi Lulu est de retour au combat pour sa seconde séance libre. Équipé de la même monte pneumatique que le matin, et peu enclin à prendre des risques inconsidérés, Pépichuck peine énormément à améliorer ses chronos. Manquant de confiance et de repères en piste, il n’améliorera pas sa performance du matin, au contraire de la concurrence European-Bikes étoffée elle-aussi de nombreux wild-cards. Pour finir, il pointe au 23e rang final de la séance en 1’52’0

Un peu plus tard, les Superbikes sont de retour en piste. Nous avons fait monter chez Pirelli un 0375 arrière qui devrait théoriquement être notre pneu arrière de course au vu des fortes chaleurs du moment et annoncées pour la suite du week-end. Nous devons valider son fonctionnement et sa constance lors de cette séance. Après quelques tours et un assez bon début de séance, la Kawasaki #17 stagne dans des chronos insuffisants pour bien figurer… PonPon se bat contre une moto rétive, dribblant de l’avant et manquant cruellement de motricité malgré le pneu arrière neuf. Nous terminons la séance très loin : 22e scratch et 8e Challenger en 1’43’6.

Après un long débriefing nous décidons de changer totalement la base de réglages de la moto. Nous diminuons l’empattement au maximum et diminuons la rigidité du ressort d’amortisseur arrière afin de regagner de la vivacité et du grip, modifions les hauteurs d’huile dans la fourche pour contrer le dribble et allongeons la démultiplication d’une dent dans le but de rendre le moteur plus docile à l’accélération. La situation n’est franchement pas à notre avantage, il va falloir réussir à redresser la barre et cela ne sera franchement pas chose aisée !

Le petit apéro de fin de journée nous permet de mettre au point notre stratégie pneumatiques pour la suite du week-end en se basant sur les conclusions de Pau. Nous partons sur une stratégie à deux SC1 avant, et quatre arrières dont éventuellement un pneu de qualifications si nos performances s’améliorent. L’idéal sera une nouvelle fois de faire le moins de tours possible en qualifications dans le but de sauvegarder les pneus avant, mais vu les difficultés de mise au point de la moto, cela s’annonce impossible. Comme d’habitude, il faudra composer !

Après une bonne nuit de sommeil pour tout le monde, les European-Bikes sont en piste pour leur première séance de qualifications. Armé de ses pneus neufs et des bons conseils prodigués par le maître Pépiprof, Lulu compte bien améliorer ses chronos de la veille. Ce sera rapidement chose faite avec une amélioration de plus d’une seconde et demie ! Mais la concurrence est rude et Pépichuck hérite de la 23e place finale sur la grille. Il va falloir sacrément se battre pour réussir à remonter en course et espérer marquer des points.

Peu après, l’heure de la première séance de qualification Superbike à sonné ! L’équipe est un peu inquiète, beaucoup de changements ont été effectués sur la moto et nous espérons que ceux-ci s’avéreront efficaces. Quelque peu englué dans le trafic, PonPon réussit à rapidement améliorer. Nous avons fait du bon boulot, la moto a retrouvé une bonne motricité et le dribble en fin de freinage à disparu ! La vivacité n’est quant à elle toujours pas au rendez-vous et visiblement il va falloir faire avec si nous voulons conserver nos pneus avant. En fin de séance, la concurrence améliore nettement et nous héritons d’une lointaine 22e place scratch sur la grille et 7e Challenger… Ce n’est bien évidemment pas ce que nous espérions mais ça va dans la bon sens vu le temps perdu en début de week-end ! 

Samedi après-midi, les European-Bikes sont en grille pour leur première manche. En bon petit élève, le bon Pépichuck applique à la lettre les conseils de Pépiprof et bouleverse ses statistiques personnelles en prenant un départ canon depuis la 23e position. Il boucle le tour au 20e rang ! Rapidement dans un bon rythme, le pilote de la MV Agusta #47 poursuit sa belle remontée au prix de freinage appuyés et pointe à la 16e position à mi-course. La situation se stabilise alors, et Lulu est aux prises dans un groupe de trois pilotes en bagarre pour la 14e position. La fin de la course sera le théâtre d’une belle empoignade de laquelle Lulu sortira vainqueur, signant au passage son meilleur tour dans l’avant-dernière boucle en 1’50’0. Cette magnifique course lui permet de remplir l’objectif qu’il s’était fixé, à savoir rentrer dans les points. Beau boulot, car ce n’était vraiment pas gagné avec sa petite 800cc face aux grosses 1000cc adverses.

Peu de temps après, nous sommes de retour aux affaires avec la seconde qualification Superbike. Nous avons apporté quelques retouches aux réglages après analyse de l’acquisition des données de la première séance. PonPon part pour un premier run en vieux pneus et se montre d’emblée aussi rapide que le matin en pneus neufs, notre progression se poursuit ! Au vu des difficultés rencontrées, nous avons décidé de ne pas passer de pneu de qualifications et de privilégier le roulage. PonPon doit progresser dans son pilotage et nous avons besoin de données pour poursuivre la mise au point. A mi-séance nous faisons un arrêt pour passer un 0375 neuf à l’arrière, puis nous repartons dans le but d’effectuer le plus de tours possibles dans le temps restant. Cette simulation de course a bien évidemment aussi pour objectif de faire « claquer » le meilleur chrono possible dans les trois premiers tours. Ce sera chose faite avec un satisfaisant 1’42’3 au deuxième passage, s’en suit une solide simulation de course avec une petite dizaine de tours bouclés en 1’42 moyen. Nous terminons finalement 19e scratch et 6e Challenger, loin des résultats escomptés mais avec la satisfaction de savoir que nous allons dans le bon sens.

Il est clair qu’avec ces décevants résultats en qualifications, il semble infiniment difficile de pouvoir jouer le podium dimanche en course. Mais nous nous en tenons à notre tableau de marche : constance et Nutella, il faut continuer à marquer des points !

Dimanche matin, le paddock du FSBK est réveillé par le crépitement de la pluie qui s’abat sur le tracé Nivernais. Sueurs froides pour Lulu chez qui l’asphalte détrempé évoque de mauvais souvenirs, sourire d’imbécile heureux pour « Rainman » PonPon qui adore ces conditions et aubaine pour toute l’équipe au vu de notre potentiel incertain sur le sec.

Les pneus pluie sont montés et Lulu prend la piste pour la seconde qualification European-Bikes. Sur des oeufs il se contentera d’assurer sa qualification pour la course en ne prenant absolument aucun risque, paralysé par la peur de chuter. Le peu de grip du revêtement du circuit par ces conditions rend le pilotage très délicat. Lucien termine alors sa séance à une honorable 18e position avec un chrono en 2’13’3.

En fin de matinée, la piste balayée par le vent sèche peu à peu mais une solide averse sur la grille des Superbikes vient sceller le destin : cette première manche se disputera sur le mouillé ! Peu de temps avant le départ, le piste est complètement détrempée et nous adaptons les pressions de pneus aux grandes quantités d’eau dans l’optique où cela ne séchera pas. 

Départ canon depuis la 22e position sur la grille, PonPon sort du premier virage en 14e position ! Malheureusement, une chute collective impliquant deux pilotes au freinage d’adélaïde l’oblige à écarter et il perd quelques positions. Nous bouclons quand même le premier tour à la 16e place. Prudent lors des premiers tours de roues, la Kawasaki #17 augmente peu à peu le rythme et entame sa remontée. A mi-course, PonPon signe son meilleur tour en course en 2’01’6 et dépasse Plancassagne pour le gain de la 13e position, nous sommes remontés à la 3e position Challenger ! Dans les derniers tours, la piste commence à sécher et les pneus souffrent énormément, la pression « full wet » trop élevée les faisant surchauffer. Mais nous maintenons le rythme et PonPon passe Maurin pour la 12e place à trois tours du but. La fin de course est compliquée à gérer, le grip derrière ayant énormément baissé mais nous franchissons le drapeau à damiers en 12e position scratch et 3e Challenger dans un éclat de joie. Virginie, Camille et Lisa les préposées au panneautage font ce qu’elles peuvent pour retenir leurs larmes en ce dirigeant vers le parc fermé… Podium !!

Petit regret, nous avions le rythme en course pour jouer la victoire ! Dommage que nous soyons partis de si loin et nous ayons été pénalisés par la chute collective du premier tour. Regret vite effacé par la satisfaction d’un nouveau podium, et d’une remontée de dix places !!

Fernand et Véronique, nos supporters Parisiens nous font l’honneur de leur visite et nous amènent de bons petits plats à partager pour le repas de midi. Vous l’aurez compris, ce sera un nouveau « repas de podium » à l’ambiance inégalable et personnellement j’ai adoré le fameux « cake aux olives de podium » de Véronique, délicieux !

Le début de l’après-midi nous permet de souffler un peu et le beau temps fixe revient sur le tracé de Magny-Cours, une bonne nouvelle pour le spectacle mais les choses seront alors plus corsées pour nous, il va falloir tout donner pour sauver le plus de points possible sans risquer la chute.

Un peu plus tard, les European-Bikes quittent la pit-lane pour leur tour de formation. Lulu, mieux qualifié espère faire au moins aussi bien que sa belle 14e place du matin. Il asseoit sa belle progression par un nouveau départ canon qui le propulse au 16e rang à la fin du premier tour ! Malheureusement il commet un grosse faute lors d’un freinage au 5e tour et dégringole aussitôt en 21e position ! Tout est à refaire pour le pilote de la MV #47, mais loin de baisser les bras il reprend sa concentration, signe son meilleur tour en course en 1’49’3 et entame une nouvelle remontée. Les écarts entre les pilotes sont infimes et Lulu reprend du terrain tour après tour dépassant ses concurrents un à un dans des manœuvres viriles mais correctes. A deux tours du but, le voilà à la porte des points en 16e position à la bagarre avec l’Aprilia RSV4 de Sergio Nangeroni, qu’il passera sans coup férir quelques virages plus loin. Pépichuck franchit la ligne d’arrivée dans les points à la 15e position, objectif à nouveau atteint et nouvelle amélioration significative au chrono. Bravissimo !

Pas le temps de niaiser, la seconde course Superbike fait suite directe à l’arrivée des European-Bikes. Auteur d’un départ tonitruant depuis la 19e place sur la grille, la Kawasaki #17 franchit la ligne à l’issue du premier tour à une surprenante 13e position, à la bagarre avec les deux Suzuki LMS d’Etienne Masson et Baptiste Guittet. Au troisième tour, les deux GSXR sont passées et nous avons hérité du 14e rang mais PonPon donne tout pour suivre la cadence, nous sommes virtuellement 4e Challenger. Au fil des tours, l’écart est creusé avec l’arrière mais PonPon perd peu à peu le contact et se voit relégué à un peu moins de deux secondes derrière Guittet alors 3e Challenger. Le dernier tiers de course voit le rapport de force s’inverser : Guittet baisse de rythme et nous revenons petit à petit dans les roues de la Suzuki #72, et à 5 tours du but la jonction est faite ! Sur un rythme rapide en cette fin de course, PonPon porte l’estocade quelques hectomètres plus loin et prend la 3e position Challenger, et son adversaire ne pourra rien faire pour répliquer. Nous passons sous le drapeau à damiers en 12e position et 3e Challenger ! Contre toute attente nous signons un satisfaisant podium à la régulière sur le sec, FORZA !!!

L’équipe peut-être fière d’elle, nous concluons un week-end difficile par deux magnifiques podiums en course grâce à notre travail et notre progression régulière au fil du week-end. 

A la descente du podium, les officiels nous annoncent que les motos des 3 premiers du Championnat doivent être démontées pour vérification de conformité technique. Seront vérifiés : soupapes et arbres à cames… Les mécanos n’ont pas encore fini leur week-end ! Avant d’entamer le démontage, nous nous réunissons pour partager la largement méritée « petite bière de podium ». Et ce n’est que tard le soir que nous quitterons les terres Nivernaises après avoir tout remballé.

Malgré l’adversité farouche, nous maintenons notre constance et notre niveau de performance. La progression est sensible week-end après week-end et nous prenons un plaisir inégalable à vivre cette belle aventure.

Avec 7 podiums escaladés sur 9 possibles, et après avoir marqué des points à chacune des manches nous sommes solidement ancrés à la seconde place provisoire du classement Superbike Challenger et 10e du classement scratch. Une situation que nous n’aurions osé rêver en début de saison. Alors on va continuer à se battre, dans la joie et la bonne humeur qui nous caractérise si bien.

Côté European-Bikes, Lulu impressionne également en glissant sa petite MV Agusta à la 9e place provisoire du Championnat face à une horde de 36 pilotes de 1000cc… Joli tour de force, surtout en ayant manqué la première épreuve au Mans !

Merci à toutes les personnes derrière notre belle petite équipe et merci à vous qui lisez ces compte-rendus toujours aussi plaisants à écrire. Rendez-vous maintenant les 1, 2 et 3 septembre prochains pour l’avant-dernier opus du FSBK 2017 sur le circuit Francilien de Carole !

Forza TTS !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *