Nous voilà en route pour Magny-Cours, un tracé qui ne nous a jamais vraiment réussi par le passé. Malgré cela toute l’équipe est en confiance et en pleine possession de ses moyens, bien boostée il est vrai par un très bon début de saison. 

Après un week-end réussi à Ledenon avec une victoire à la clé en première manche, nous arrivons en terres Nivernaises en leaders du classement provisoire Challenger. Cependant trois petits points seulement nous séparent de notre dauphin Hugo Clere, qui s’annonce comme un prétendant très sérieux à la victoire ce week-end. L’objectif est simple : rester réguliers et concéder le moins de points possibles pour asseoir notre position au Championnat.

Après l’habituelle séance de mécanique du jeudi soir, tout est prêt pour les premiers essais du lendemain. Nous n’avons pas roulé à Magny-Cours depuis 1 an, il s’agira donc d’être efficaces afin de mettre notre set-up au point le plus rapidement possible.

Vendredi matin, c’est parti pour les premiers essais sous une écrasante chaleur qui nous suivra jusque dimanche soir. Rapidement dans le rythme, nous travaillons de manière efficace et terminons la séance 12e scratch et 2e Challenger en 1.43’5. Nous sommes malgré tout confrontés au même problème que lors des deux éditions précédentes du FSBK à Magny-Cours : un manque de vivacité prononcé de notre Kawasaki nous met terriblement à mal dans les rapides chicanes du circuit.

Retour au charbon l’après-midi, nous testons quelques évolutions sur le châssis et un pneu arrière plus soft au vu des températures de piste très élevées. Sur un circuit qui lui rappelle de mauvais souvenirs, PonPon peine à se sentir à l’aise. Le rythme n’est pas aussi élevé que nous l’espérions, mais nous terminons malgré tout la séance à une satisfaisante 2e position Challenger et 12e scratch en 1.43’1. Devant, un impressionnant Maxime Bonnot très en verve sur ses terres nous colle quasiment une seconde pleine au tour…

Samedi matin, l’heure de la qualif’ à sonné ! Toute l’équipe est bien reposée et fin prête à en découdre, Pépiprof prodigue ses derniers conseils au pilote et c’est parti pour 40 minutes intenses. Nous avons la veille effectué un tour de piste à pieds dans le but d’affiner les réglages neuronaux dans la tête de PonPon, qui se sent décidément à la peine en ce caniculaire week-end Nivernais. Nous avons également opté pour une monte pneumatique medium pour pouvoir faire le maximum de tours possible et ainsi continuer le travail entamé aux essais.

Les efforts consentis semblent payer et après plusieurs arrêts « réglages », nous terminons cette première séance qualificative à la seconde position Challenger et 12e scratch en 1.42’394. L’amélioration est sensible, et nous pointons désormais à seulement 3 dixièmes de Maxime Bonnot le poleman Challenger.

L’après-midi, c’est reparti pour un tour. Nous choisissons cette fois ci d’utiliser un pneu tendre avec la ferme intention de poursuivre la progression au chrono. Malheureusement, la Kawasaki #17 peinera à retrouver le rythme du matin et ne réussit qu’à arracher la 4e place Challenger et le 15e rang du scratch en 1.42’569.

Bien que nous manquons de vitesse pure sur un tour, nous sommes comme habituellement très réguliers. Tous les espoirs sont donc permis en course, même si nous ne sommes pas dans le coup pour jouer la victoire à un Maxime Bonnot indiscutablement plus rapide. Notre objectif est clairement de finir sur le podium, devant Hugo Clere autant que possible.

Après un débriefing détendu le soir, nous en restons à notre stratégie habituelle : constance et nutella. Au vu de notre petit déficit de performance face à la concurrence, il faut rester sur ses roues, mener des courses intelligentes et profiter de notre régularité en piste.

Dimanche en fin de matinée, les Superbikes sont en grille pour la première manche. Auteur d’un départ timide, PonPon boucle le premier tour en 15e position scratch et seulement à la 4e place Challenger. Les premières minutes de course sont plutôt chaotiques : la bataille fait rage dans le peloton ! Une fois la meute étirée, nous sommes stabilisés en 13e position en 4e Challenger à la lutte avec Valentin Suchet pilote invité issu du Championnat d’Europe Superstock 1000. Les quatre premiers Challengers sont regroupés de la 10e à la 13e position du scratch, et même si Bonnot prend rapidement le large nous sommes en lice pour la deuxième place du classement.

Pendant ce temps, notre ZX10R souffre de l’étouffante chaleur : la température d’eau est montée à 110° et de la vapeur est refoulée dans le vase d’expansion, faisant sauter au passage la durite de reniflard. En selle, la situation est également délicate pour le pilote qui ne peut dégager ses jambes et ses pieds de l’air brûlant expulsé par les carénages.

A l’approche des 5 derniers tours, la Kawasaki #17 maintient un bon rythme et s’empare de la 3e position Challenger. Nous ne sommes alors placés que quelques longueurs derrière la Suzuki #11 de Clere et prêts à porter l’estocade en fin de course. Mais Suchet n’a pas dit son dernier mot et repasse à l’attaque à trois tours de la fin et nous reprend la 3e place. Les deux dernières boucles seront alors le théâtre d’une lutte acharnée entre PonPon et Suchet, avec plusieurs dépassements virils. Au baisser du damiers, nous sortons vainqueurs du duel et terminons ainsi 3e Challenger et 12e scratch. Voilà un podium acquis de haute lutte !

Après le podium, nous débriefons avec application. La surchauffe moteur a été très handicapante, et bien évidemment néfaste pour le rendement et l’espérance de vie de notre moteur déjà passablement fatigué. En vue de la course 2, les mécanos mettent donc tout en oeuvre pour limiter au maximum le problème : nous enrichissons l’injection, optimisons le tunnel d’air vers le radiateur et écartons au maximum les flancs de carénage pour extraire un maximum d’air chaud.

A peine le temps de souffler que l’heure de la seconde course sonne déjà. Etant donné que nous partons de plus loin sur la grille, la consigne est cette fois-ci de faire preuve d’un peu plus d’agressivité en début de course pour ne pas laisser filer Bonnot et Clere.

Malheureusement déstabilisé par un cafouillage à l’extinction des feux sur la ligne devant lui, PonPon manque totalement son envol et se retrouve relégué en queue de peloton… La Kawasaki boucle le premier tour à une très lointaine 19e position. Alors que la tête de course Challenger s’envole aux 9e et 10e positions, nous amorçons une lointaine remontée. Le podium n’est pas perdu, mais c’est une course difficile qui nous attend. Vif, aggressif et rapide, PonPon remonte fort et dès le 6e tour nous sommes revenus 3e Challenger et 12e scratch, 4 secondes derrière Clere.

Point positif, nous avons réussi à contenir le problème de surchauffe malgré les 38° dans l’air ambiant. La température d’eau navigue entre 105° et 107° selon les endroits du circuit alors qu’il fait encore plus chaud que le matin.

En seconde partie de course, nous donnerons tout pour essayer de combler l’écart mais rien n’y fera : nous franchissons l’arrivée 3e Challenger et 12e scratch. Nous avons réussi à revenir à seulement 1,7 secondes de Clere sans pour autant parvenir à combler totalement l’écart.

A la descente du podium, nous tirons un bilan positif d’un week-end pourtant difficile. Bien que nous n’ayons pas été en mesure d’être suffisamment rapides pour jouer la gagne, nous avons su limiter les dégâts et marquer de gros points. Au championnat Challenger, Hugo Clere nous ravit une nouvelle fois la tête avec 6 points d’avance à son avantage. Rien n’est donc joué ! Côté scratch nous pointons à une étonnante 6e place provisoire, ce qui est une grande satisfaction !

Prochaine étape, Pau-Arnos ! Nous sommes bien déterminés à poursuivre sur cette belle lancée et à continuer la lutte pour le titre Challenger.

Un grand merci à toute l’équipe pour son abnégation et pour son travail d’une qualité sans cesse améliorée. Merci à vous lecteurs, partenaires, sponsors, famille, amis, supporters… Grâce à vous l’aventure continue !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.