Après une épreuve d’ouverture au Mans où nous n’avons pu exprimer notre plein potentiel, c’est avec une motivation décuplée que l’équipe du TTS a pris la route vers Nogaro en cette fin de mois d’avril pour notre meeting « maison ». Mais malgré le fait que Nogaro soit notre circuit d’entraînement, nous n’avons pu effectuer aucun roulage avec la Superbike depuis le Mans faute de budget et de temps.

Mais nous avons cependant plusieurs avantages face à la concurrence : une parfaite connaissance du tracé, le soutien de l’ASM Armagnac Bigorre et les encouragements de tous nos fidèles supporters qui ne manquent jamais le rendez-vous Nogarolien.

Arrivés jeudi en fin de matinée, nous prenons place dans le box et dans le paddock. Les derniers ajustements sont apportés à la Kawasaki ZX10R « Superbike »#17 par les mécanos dans l’après-midi, et nous sommes fin prêts pour le lendemain.

Vendredi, premières séances d’essais. Nous décidons d’opter pour une stratégie plus agressive que d’habitude : il faut profiter de notre expérience des lieux pour se placer aux avants-postes le plus tôt possible. Nous décidons de travailler en vieux pneus sur cette première séance afin de faire des tests de longévité et de constance. Rapides et réguliers, nous terminons cette première séance en 14e position scratch et à la 3e place Challenger en 1.31’521. Les sensations sont d’ores et déjà plutôt bonnes, et après débriefing et analyse des datas nous apportons quelques ajustements à la fourche.

L’après-midi, ça sent le gaz dans le box ! Nous allons tester au cours de la séance la référence de pneu que nous avons prévu pour les qualifications, avec la ferme intention de faire parler la poudre ! Les petites modifications apportées sur la moto semblent porter leurs fruits : nous sommes réguliers dans de bons chronos avec les pneus de course. En fin de séance nous effectuons un arrêt rapide pour passer le pneu neuf. Malgré quelques petites erreurs, nous raflons le meilleur chrono Challenger et la 9e position scratch en 1.30’200. De bonne augure pour les qualifications du lendemain ! De quoi aller boire tous ensemble une bonne bière à l’hospitality avec le sourire.

Samedi, le public commence à affluer sur le tracé Gersois et c’est avec un immense plaisir que nous recevons de nombreux et motivants encouragements. Pour la première séance qualif’ nous partons en début de séance en pneus course dans le but de parfaire notre rythme. Nous sommes déjà idéalement placés aux portes du top-10 au moment où nous décidons de « claquer la balle neuve ». Un tout petit peu gêné au début de son tour rapide, PonPon réussit une belle pendule en 1.29’716 qui nous propulse polemen Challenger de la séance et 8e du classement scratch. Notre plus beau résultat en qualifications depuis bien longtemps et notre première pôle position depuis quasiment 1 an !

L’après-midi, nous optons pour une stratégie pneumatique similaire et nous sommes bien déterminés à réitérer notre performance du matin. Quelques tours rapides avec les pneus du matin en début de séance, puis nous sortons avec le pneu neuf dans le dernier quart temps. Ce coup-ci, cela ne fonctionne pas aussi bien. PonPon fait une erreur dans son premier tour rapide, un peu trop optimiste au freinage puis est gêné dans les deux tours suivants. Tant bien que mal, nous réussissons à boucler un tour en 1.29’917 avant le baisser du drapeau à damiers et nous terminons 12e scratch et 3e Challenger à moins de deux dixièmes de la pôle position.

Malgré tout, nous sommes satisfaits : nous avons réalisé de belles qualification et notre rythme de course devrait nous permettre de jouer la victoire le lendemain. C’est donc motivés et confiants que nous nous endormons le samedi soir.

Dimanche matin, changement de décor ! Les cieux Gersois ont méchamment noirci et la pluie s’abat sur le circuit. A l’heure de la mise en grille des Superbikes en fin de matinée, la pluie à cessé et la piste commence à sécher lentement. Nous décidons de sortir en pneus pluie et de faire le choix de la monte directement sur la grille. Des traces séchantes commencent timidement à apparaître sur le tarmac et le choix entre slicks / intermédiaires / pluies est véritablement cornélien. Après une paire de minutes d’hésitation, nous décidons d’opter pour le choix le moins risqué : les pneus pluies, comme la majorité de nos adversaires.

A l’extinction des feux rouges, la piste sèche de plus en plus : le vent s’est levé et le soleil fait une apparition timorée. PonPon profite de ses pneus pluies pour faire un début de course très agressif : après un bon départ, il boucle le premier tour en quatrième position. Une fois le peloton étiré et les positions stabilisées, nous nous installons en 6e position et 1er Challenger jusqu’au 5e tour. A ce moment de la course, les pneus pluies ne passent plus et les pilotes équipés en slicks ou en intermédiaires remontent comme des fusées sur la tête. PonPon est en grande difficulté, les pneus pluie ont surchauffé et se détruisent à une vitesse folle. Malgré tout, la Kawasaki #17 tient bon et se bat bec et ongles pour conserver sa position. A quelques boucles de la fin, nous sommes en bagarre avec Roberto Rolfo pour le gain de la 7e place. Un drapeau rouge vient mettre fin à la course, et nous remportons ainsi le duel in extremis. Au bilan nous terminons à une inespérée 7e place scratch et 1er Challenger avec plus de 30 secondes d’avance sur notre plus proche poursuivant dans la catégorie, meilleur tour en course à la clé.

Nous remportons ainsi notre première victoire de la saison avec la manière : Pôle position, victoire et meilleur tour en course !

Comme d’habitude, c’est la liesse et au pied du podium les supporters de la Kawasaki TTS #17 remportent la palme des applaudissements les plus bruyants. Malgré tout, nous ne sommes pas pleinement satisfaits : un choix de pneus plus adapté nous aurait permis de scorer un meilleur résultat au scratch. Peu importe, nous savourons cette victoire à la maison.

A la pause de midi, nos joyeux supporters affluent à l’hospitality et nous apportent une tonne de d’encouragements, d’ondes et de pensées positives. Motivés comme jamais, l’objectif pour l’après-midi est clair : aller chercher notre premier doublé !

Juste avant la course des Supersports en milieu d’après midi, la pluie s’abat à nouveau avec vigueur sur le circuit. Nous allons vraisemblablement assister à un scénario semblable à celui du matin vu que malgré la palpable menace d’averse  il ne devrait plus pleuvoir de la journée.

Au moment de la mise en grille des Superbikes, la piste est encore bien humide et nous décidons de couvrir le tour de reconnaissance en pneus pluie puis de choisir notre monte sur la grille de départ. Déterminés à ne pas commettre la même erreur que le matin, nous optons pour les intermédiaires sans nous laisser intimider par la pagaille ambiante sur la grille et le ciel vraiment menaçant. 

Au départ du tour de chauffe une légère pluie fait son apparition et ré-humidifie la piste… La tension monte d’un cran, puis atteint son paroxysme lorsque la pluie s’intensifie au moment de la formation de la grille juste avant le départ de la course. Auteur d’un départ manqué, PonPon est en difficulté lors des premiers kilomètres de course. La piste est à nouveau bien humide et les pneus intermédiaires sont à la peine. A l’issue du premier tour nous sommes 17e scratch et 6e Challenger, la course s’annonce très difficile pour la Kawasaki #17.

Mais le ciel du Gers est, et à toujours été notre allié le plus fidèle. Dès le 2e tour, le soleil pointe le bout de son nez et le vent se lève à nouveau : la piste sèche vitesse grand V ! Nous arrivons dans des chronos similaires à ceux de la tête et une incroyable remontée s’amorce. Dès le 7e tour, nous sommes dans le top-10 scratch et 3e Challenger. Après s’être défait de Maxime Bonot et d’Hugo Clere, PonPon prend la tête de la catégorie Challenger juste après le cap de la mi-course franchi meilleur tour en course en poche.

La remontée continue, auteur du 3e meilleur chrono scratch à ce stade de la course nous dépassons coup sur coup Roberto Rolfo, Axel Maurin, David Muscat et Émeric Jonchière pour le gain de la 5e place. Le rythme de PonPon continue à augmenter, la piste continue de sécher et nous sommes très à l’aise avec les pneus intermédiaires. Dans l’avant dernier tour nous avons recollé à Sébastien Suchet et PonPon porte l’estocade à quelques centaines de mètres de la ligne d’arrivée pour la 4e place scratch.

C’est la liesse absolue dans l’équipe ! Cette course sous très haute tension se solde par un excellent résultat et une remontée haletante. Nous remportons notre deuxième victoire de la journée de la tête et des épaules, avec quasiment 20 secondes d’avance sur notre poursuivant Challenger. Et c’est Caroline Diviès en personne, la patronne du circuit de Nogaro, qui nous fera l’honneur de remettre le trophée de vainqueur à PonPon !

Sur le plan comptable, nous réalisons un véritable hold-up. Nous manquons uniquement le point attribué à la deuxième pôle position et marquons 53 points sur les 54 possibles. De ce fait, nous reprenons les commandes du classement provisoire au Championnat Challenger et nous emparons de la 7e position scratch provisoire.

Avec des telles statistiques, ce sont bien évidemment les sourires et la joie qui accompagnent notre dernière petite bière de fin de journée du week-end.

Nous tenons bien évidemment à adresser un immense merci à toutes les personnes présentes pour nous soutenir, ainsi qu’à tous nos partenaires grâce à qui nous pouvons poursuivre le rêve course après course.

Prochain rendez-vous pour le FSBK à Ledenon mi-Juin, où nous comptons bien poursuivre sur cette belle lancée !

Forza TTS et à très bientôt !


2 commentaires

philippe THOMAS · 6 juin 2018 à 18:21

Superbe Victoire PonPon. Belle prose également. Comme on dit, ya ka continuer…Vivement Lédenon. Allez Gaby, je viens te voir, dans le sud…
Philippe THOMAS

    Escalier Serge · 11 juin 2018 à 14:51

    bravo à pon pon et à toute l’équipe TTS et à bientôt au roulage de Nogaro et surtout au SBK de PAU Arnos
    bises aux filles
    Papy Sergio commissaire de Nog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.